À la fin d'un conseil de sécurité à La région d’Uraba, en Antioquia, le ministre de la Défense Nationale, Guillermo Botero, a indiqué que grâce au travail efficace des forces de sécurité, à ce moment-là les principaux indicateurs de sécurité montrent des chiffres en diminution.

 

Après avoir passé en revue aux crimes dans la région, le ministre Botero a indiqué qu'en Janvier "Il y avait eu une certaine augmentation du nombre d'homicides”, mais que, grâce à la capture de groupes criminels, pour les mois de février et Mars, cet indicateur a vu une réduction significative.

 

À l'égard des plantations illicites, Botero dit qu'un peu plus d'un millier d'hectares ont été éradiqués dans la région cette année. "Nous pensons que dans les mois à venir, l'éradication doit augmenter, en particulier dans la Serranía de Abibe, qui comprend quatre municipalités de La region d’Uraba, en Antioquia”.

 

Se référant à l'extorsion, le chef de la Défense a exprimé sa préoccupation sur le fait que les citoyens ne rapportent pas ce crime aux autorités. "Nous savons que l'extorsion existe et qu'il y a une sous-enregistrement. C'est pourquoi la semaine prochaine les commandants militaires et de Gaula de police (Groupe anti-enlèvement et extorsion) visiteront la région pour concevoir rapidement un plan anti-extorsion, pour lequel on a besoin de la dénonciation des citoyens.”

 

Botero a rappelé les canaux à ces fins: le réseau de Participation civique, ligne 165 et le programme virtuel "dénoncer" du Bureau du Procureur général, qui peut fonctionner dans des conditions anonyme.

 

À son tour, le gouverneur D'Antioquia, Luis Pérez Gutiérrez, a reconnu que l'extorsion des hommes d'affaires, des commerçants, des producteurs agricoles et de la communauté globalement “est l'un des problèmes les plus délicats dans L'Urabá”, et que, le 30 avril au Conseil de gouvernement départemental, il portera un rapport de résultats précis sur la façon dont ce crime a été combattu dans toute la région.

 

 

D'un autre côté, dans des déclarations aux médias, Botero Nieto a déclaré qu'on travaillera également sur la question des migrants en provenance d'Afrique, D'Asie et du Venezuela – cela a été fréquent au cours des derniers mois–, avec Migration Colombia. "Toutes les mesures seront prises pour contrôler, en particulier dans le Golfe D'Urabá, la présence de ces individus, certains d'entre eux, en route vers le Panama puis vers les États-Unis. »

 

En outre, il a exprimé une grande inquiétude au sujet du micro-trafic dans certaines municipalités de la région: “comme vous le savez, le décret 1844 a été publié pour lutter contre le microtrafic et nous invitons tous à se joindre à nous avec leurs dénonciations à la ligne 167. À l'heure actuelle, le pays compte près de 400 établissements de ventes de drogues.” Il a rappelé qu'il y a une peine d’expropriation pour les endroits où cette activité criminelle est effectivement réalisée.

 

Malgré cette réduction, et dans un effort pour améliorer encore tous les indicateurs, le ministre a révélé que 200 soldats supplémentaires arriveront dans la région D'Urabá pour compléter l'opération conduite par la septième Division de l'Armée nationale.

 

Le Ministre de la Défense, les Commandants de l'armée et de la Police et des autorités régionales, ont été accompagnés des Maires D'Apartadó, de Carepa et de Mutatá, et des secrétaires de gouvernement des municipalités de Chigorodó, Necocli et Turbo.

 

0 Commentaires
Thursday, March 28, 2019 by merybra