Un groupe criminel d’une famille a mis en place un centre d’entrainement de « jibaros » dans le sud de la capitale de la Colombie.

 

L'Armée Nationale, en coordination avec le Bureau du Procureur général de la nation, a réussi à démanteler le réseau criminel chargé de contrôler la vente de drogues dans les écoles et les quartiers résidentiels de la localité de Rafael Uribe Uribe, à Bogota. Neuf personnes ont été capturées, dont les meneurs auraient recruté plus de 30 « dealers » ou « Jibaros ».

 

Grâce aux analyses et aux opérations judiciaires conduites par les autorités contre le trafic local de drogue et les dénonces des citoyens, à propos de l'augmentation des phénomènes criminels dans les milieux éducatifs et les zones résidentielles, il a été possible d'identifier une opération illégale utilisée par une structure criminelle pour étendre ses lignes de distribution de drogue à Bogota.

 

À la localité Rafael Uribe Uribe, dans le sud de la ville, le réseau de trafiquants de drogue, composé principalement de membres d’une même famille, aurait recruté de jeunes toxicomanes, des personnes âgées, des sans-toit et des chômeurs pour leur enseigner les différentes méthodes de camouflage des substances illégales, les zones de vente, l'identification des clients potentiels et la quantité exacte qu'ils devaient transporter pour passer pour des consommateurs et ne pas être capturés par les autorités.

 

Un suivi détaillé a montré que le soi-disant Clan de Los Suancha a réussi à rassembler un peu plus de 30 distributeurs qui, après avoir passé une « formation » et gagner de la confiance, ont envahi les parcs, les zones commerciales et résidentielles, et les environs de deux écoles publiques à la ville.

 

Le médicament était commercialisé en plein jour, dans des lieux de grande fréquentation et en présence des enfants. Dans plusieurs vidéos obtenues par des agents d'infiltration, il a été constaté que les chefs des lignes de distribution distribuaient les doses en compagnie de leurs enfants, âgés de deux, cinq et neuf ans, qui assimilaient cette situation comme un jeu.

 

Les chercheurs ont ensuite suivi la piste au Clan Los Suancha. Ils ont trouvé que les meneurs de l'organisation donnaient cinq doses de crack chaque jour et n'ont jamais fait de paiements en espèces.

 

Grâce aux nombreuses évidences, neuf des membres présumés du Clan ont été identifiés, ainsi que leurs rôles et leurs zones de distribution de drogue.

 

Les enquêteurs du CTI (Corps Technique d’Investigations) du Bureau de Procureur, avec le soutien de la dixième Brigade de l'Armée nationale, ont capturé ces personnes lors des enquêtes conduites dans les quartiers Molinos, au Marruecos, Bochica et San Agustín, au sud de Bogota, et à Medellín (Antioquia), y compris les meneurs présumés, une femme et un citoyen Vénézuélien, qui seraient en charge des lignes de distribution et fournir le réseau de « Jibaros ».

 

Source: Armée Nationale

 

 

0 Comments
Thursday, December 13, 2018 By Comunicaciones (no verificado)